Consulat du Burkina Faso de Nice

Hymne aux Enfants - France

dimanche 04 septembre 2016

HYMNE aux ENFANTS - FRANCE
Association Hymne aux Enfants - France
Association Loi 1901 déclaration n° w 763002229
Tel : (00 33) (0) 6 76 87 23 09
Adresse: 787 chemin de la Colle et du Devinson 06 560 Valbonne
Membre de la Fédération NoNoma
Fondation au Burkina : 11 BP 1565 CMS Ouagadougou 11.
Présidente : Josy Svara Cazenave
Trésorière : Baya Benatallah
Secrétaire : Véronique Leclercq
Courriel ; association.hymneauxenfants@orange.fr
Site : http://www.hymne-aux-enfants.org
Rejoignez-nous sur facebook
Membre des Amis du Consulat du Burkina Faso


 

QUI SOMMES-NOUS ?
 

Créée en 2006, l'association AHE-France est une antenne française de la Fondation l'Hymne aux Enfants (1995) case postale 581, Yverdon-les-Bains Suisse. Raison pour laquelle elle partage son but et son nom. AHE-France est une association à vocation humanitaire qui concentre son action en faveur des enfants burkinabè défavorisés frappés par des maladies graves. Tous ses membres en France sont bénévoles, tout comme les familles d'accueil. Elle ne vit que des cotisations de ses membres et des produits des actions qu'elle mène : marchés, ventes de calendriers etc...
Elle a pour objet (suivant l'article 3 de ses statuts) :


  1. Une aide matérielle et financière aux enfants démunis et malades du Noma ou d'autres pathologies graves ou aggravées en raison de leur condition d'extrême pauvreté.
  2. La réinsertion des enfants soignés en leur apportant un soutien scolaire, une formation professionnelle ou en apportant une aide économique à leur famille.
  3. La mise en place d'actions de préventions contre le Noma au Burkina Faso
  4. Toutes actions ou projets humanitaires en relation directe ou indirecte avec son but, en France ou à l'étranger


     

 

LE NOMA

 

" Le noma est une nécrose foudroyante qui se développe dans la bouche et ravage atrocement le visage. Il détruit à la fois les tissus mous et osseux de la face en touchant surtout les enfants en bas âge. Il peut frapper toute communauté en présence d'une pauvreté et d'une malnutrition extrêmes. C'est la raison pour laquelle on l'appelle " le visage de la pauvreté ". Le noma est favorisé par plusieurs facteurs : le manque d'hygiène, notamment bucco-dentaire, la malnutrition et les suites de maladies infectieuses qui induisent une baisse des défenses immunitaires comme par exemple la rougeole.
Le noma aujourd'hui : les pays les plus pauvres d'Afrique, d'Asie et d'Amérique du Sud sont affectés et le continent africain est le plus durement touché avec 80% des cas. Le taux de mortalité est très élevé (+ de 50%) et les survivants, défigurés à vie, présentent des séquelles telles qu'ils ne pourront jamais plus s'alimenter, parler ou respirer normalement. Comme pour la lèpre, les victimes sont souvent rejetées par leur propre communauté qui, faute de comprendre que le noma peut être guéri, pense avoir été frappées par une malédiction " (Dr Barrati-Meyer)

Sur 83 enfants atteints de Noma traités depuis 1997 seuls trois sont décédés après avoir été pris en charge par l'ONG. La maladie se développe de manière si fulgurante qu'entre les premiers signes et la destruction du visage, il ne se passe pas plus de 2 à 3 semaines. L'essentiel de la mortalité infantile survient entre les premiers signes de la maladie et la consultation médicale. Par manque d'information et de moyens financiers les familles recourent en premier lieu au tradipraticien. Ici, c'est la rapidité de l'évolution de la maladie qui prend la famille de court, car le traitement par antibiothérapie à large spectre est peu coûteux. Par contre la chirurgie réparatrice est onéreuse et douloureuse. Elle doit souvent être envisagée à l'étranger.
 


Les miracles de la chirurgie


LES CANCERS PEDIATRIQUES
 

Les cancers pédiatriques de la face les plus fréquentes sont le lymphome de Burkitt, le lymphome de Hodgkin, les lymphomes non Hodgkiniens, les améloblastomes, les rétinoblastomes, et diverses tumeurs touchant les glandes salivaires, le palais etc.... La mortalité infantile est liée à ces cancers est élevée. Plus de 50% des enfants décèdent dans les trois ans qui suivent l'apparition de la maladie.
Les familles Burkinabè sont désemparées à l'apparition d'un cancer chez leur enfant et rapidement découragées par le coût et la lourdeur du traitement médical. Souvent leurs ressources financières sont épuisées bien avant même le début du traitement. Elles abandonnent et rentrent au village avec le malade. Le plus souvent elles consultent d'abord le tradipratidien et ne viennent que tardivement consuler un médecin ou une ONG. Cela explique le peu de résultats positifs dans les traitements entrepris et la nécessité de se rabattre sur des soins palliatifs (accompagnement en fin de vie et soulagement de la douleur). Par ailleurs, l'absence d'oncologie pédiatrique, la non disponibilité de certains produits de chimiothérapie et des conditions hospitalières inadaptées précarisent aussi le succès des traitements.
Depuis 1997, FHE a traité ainsi gratuitement plus de 400 enfants, au Burkina Faso et en évacuation sanitaire en cas d'insuffisance du plateau technique.

AHE-France s'investit entièrement dans ces évacuations sanitaires d'enfants malade burkinabè : à ce jour elle a accueilli des enfants victimes du noma, de cancer (améloblastome) et de cardiopathie. AHE-France recherche des aides financières afin de financer ces évacuations. Elle organise l'accueil des enfants dans des familles qui les hébergent et supervise cet accueil.

AHE-France assure le suivi médical de l'enfant pendant toute la durée du traitement, reste en relation permanente avec les médecins qui opèrent, soignent ces enfants ainsi qu'avec les structures hospitalières. AHE-France travaille en partenariat avec d'autres associations des Alpes-Maritimes, Monaco, Var, Alpes de Haute Provence et des Hautes Alpes.

 

 

LES LIENS AVEC LE BURKINA FASO

 

AHE-France participe aux actions menées au Burkina Faso par la Fondation l'Hymne aux Enfants, soit dans la préparation des évacuations sanitaires soit sur des projets spécifiques relevant de quatre domaines d'intervention : Soigner - Accompagner - Prévenir - Lutter contre la pauvreté
Elle envoie des médicaments et des vêtemenets, et recherche des parrainages pour les enfants accueillis à l'internat
" Koamba Zaka " à Ouagadougou après leurs traitements médicaux. Elle est un tremplin possible pour des bénévoles de la région souhaitant s'engager pour un mois ou plus au Burkina Faso dans l'un des projets " Hymne aux Enfants ".

 

 

 

NOUVELLES

 

- Parution du Bulletin de l'Hymne aux Enfants de mai 2014

- 14 avril 2014. Arrivée de Guestaba. Cette jeune fille vient en France non pas pour se faire opérer mais pour se faire diagnostiquer.

 


Le sourire de Guestabe à l'aéroport de Paris - à droite l'arrivée à Nice entourée de sa famille d'accueil,
Josy (présidente d'Hymne aux Enfants France), Nathalie et Martine

 


Mai 2014 - Guestaba chez Josy avec Nathalie et "Mamilou" la mère d'accueil

 


Réception à Sanitval en mai 2014.
Cette entreprise a largement contribué financièrement à la venue de Guestaba

 

Août 2016 ; après deux ans et demi passés en France, après bien des vicissitudes, Guestaba repart au Burkina Faso dans un centre à Ziniare. Elle parle un français parfait, sait lire et marque sur ses deux prothèses. Martine et Jean-Paul l'accompagnent. Elle va laisser un vide car Guestaba s'était fait de nombreux amis et beaucoup la connaissaient.

 

 

L'ALBUM

 

  1. - Evacuation d'urgence de Safi Derra - 2013
  2. - Evacuation d'urgence de Safi - 2012
  3. - Tout savoir sur le Noma
  4. - L'éthique de l'association
  5. - Les adresses de l'association
  6. - Charte de Parrainage
  7. - Liste des besoins en médicaments
  8. - Dossier de recherche de fonds
  9. - Visite à Ouagadougou

 

Bulletins

 

- Bulletin mai 2014
- Bulletin décembre 2013
- Bulletin décembre 2011

- Bulletin août 2011

- Bulletin avril - mai 2011

- Bulletin avril-juin 2010

- Décembre -1
- Décembre - 2
- Décembre - 3
- Décembre - 4

 

Medias

 

- Nice-Matin 17 mai 2014 : " Un coup de pouce pour Guestaba"

- Nice-Matin 27 août 2009 : " Idrissa s'est envolé... grâce à vous."
-
Nice Matin 8 août 2009 : " Opéré à Nice Idrissa retrouvera ses parents à la fin de l'été "
-
Nice-Matin 31 juillet 2009 " le petit Idrissa a été opéré grâce à des dons venus du monde entier "
- Nice-Matin 18 juin 2009. " Il reste trente jours pour sauver le petit Idrissa."
-
TF1 journal de 20h00 : 18 juin 2009 " Il manque 20 000 euros pour sauver Idrissa."
-
Appel du 10 juin 2009 pour Idrissa
- Nice-Matin octobre 2007 " Au revoir les enfants "

 

(Photos : Hymne aux Enfants - Lerda)